Hopper City

Note de l'éditeur

Le récit synecdotique, imagiste, de la création d'une ville au fin fond de l'ouest américain.


Extrait



Oui
au loin
ça sent le brûlé
c'est l'odeur des ravages
et des victoires



Note sur l'auteur

Thomas Vinau né en 1978 à Toulouse. Pousse dans le Lot Habite au pied du Luberon. Supporter des poussières. Militant du minuscule. Anomaliste. Brautiganiste. Etc-iste.
Ses publications : - Hoppercity,  (Nuit Myrtide, mars 2009) - Dormir dans les décombres, (éd Microbe, mars 2009) - Collection de sombreros (Le zaporogue, février 2009) - Le gros sabot de mes yeux ( -36 éditions, collection 8pA6, janvier 2009) - Les chiens errants n'ont pas besoin de capuche (Gros Textes, septembre 2008) - Trappeur (Les carnets du dessert de lune, collection Dessert, juillet 2008)  -  La poésie est un sale type ( -36 éditions, collection 8pA6, illustration Émilie Alenda, juin 2008) - Le Trou ( éditions Du Cygne, janvier 2008)  - 100 Voyages Immobiles (Encres-vives éditions, février 2007)  - 100 Voyages Immobiles, de 36 façons (Vincent Rougier éditions, illustrations D. Mac Avoy, janvier 2007)  - & de nombreuses participations en revues papiers et sur Internet. Pour aller plus loin :  Etc-iste & Fish for sale.


Hopper city, Thomas Vinau, collection Autographie. 80 pages noir recto, couverture souple, reliure dos carré collé, mars 2009, 10 euros.

 

 

Disponible dans cette librairie

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :