________________________________________________________________

Publié le par Antoine



Si je fais couler du sable


De ma main gauche à ma paume droite,


C'est bien sûr pour le plaisir


De toucher la pierre devenue poudre,


Mais c'est aussi et davantage


Pour donner du corps au temps,


Pour ainsi sentir le temps


Couler, s'écouler


Et aussi le faire


Revenir en arrière, se renier.


En faisant glisser du sable,


J'écris un poème contre le temps.




Eugène Guillevic

Extrait d'Art Poétique,Gallimard,1989.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Romain 24/09/2009 22:28


Merci Antoine pour ce beau poème. Qui connaît mieux les pierres que Guillevic? Et très heureux de vous voir ré-actif sur Murmures.


Antoine 25/09/2009 23:21



Il y a des envies qui demeurent tenace, mais à présent je sais m'en dégager de mieux en mieux. Merci pour votre visite.
Oui, il serait difficile d'imaginer Guillevic sans pierre. Il n'est pas un petit poucet, d'autres s'en sont chargés à sa place...
À bientôt ici ou de part chez-vous.