Mezzanine

Publié le par Antoine



Nul besoin de me rappeler quand c'était.
Suffit de se retourner.
C'était sûrement hier,
ou avant hier.

Nous montions dans l’arbre.
Oui
je sais...
Sans feuilles.

Ni branches...

Mais nous y discutions.
Il nous arrivait
de tomber
d'accord
sans avoir
à prononcer mot.

À la vigie de l'instant,
le loin
nous était flou.
C'était rassurant.

Il nous semblait
alors possible
de vivre en ce monde.

Il est loin l'automne
où je claquais
les portières.

Si fort,
que des pans
de ta verrière
se brisaient...



La Tour d’Aigues, septembre 2009
À Jean Vlasseman

Publié dans Mes textes

Commenter cet article

Jean Vlasseman 21/01/2011 02:16



Je te salue Antoine, toi et ton admirable inspiration .


Une bouffée d'amitié dans ce monde perdu. A bientot.



Antoine 12/02/2011 01:15



Mon cher Jean,


La seule chose qui soit perdue c'est la vue.


13 ans plus tard il a fallu que tu retrouves cet arbre d'il y a bientôt 20 ans nos 20 ans... J'en suis heureux.


La lecture tardive de ce mot n'enlève en rien le plaisir de te croiser encore.


Bien à toi mon ami.


 


Antoine