suspendre

Publié le par Antoine



Il va falloir faire sans moi,

pendant quelques temps...

La liberté me semble bien chère à payer.

Là dans l'immédiat je n'en vois aucune utilité.

Je suis ailleurs

dans une fatigue constante

dans la hargne et la haine.


Publié dans Mes textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michèle 30/04/2009 18:33

décidemment ton humeur est bien sombre!mais que se passe-t-il dans ta vie qui justifie cette désespérance, ce mal de vivre?
les autres te disent de tenir...oui mais encore faut-il avoir une prise, l'as-tu? sinon je te souhaite de la trouver et de sortir de cette mélancolie délicieuse.

Mireille Disdero 19/04/2009 21:10

Bonjour Antoine
C'est que je me donne peu de temps... Mais je viens, je passe, je lis... Je te souhaite de belles choses et pour celles-là, il faut toujours s'accrocher, faire entrer la patience et la ténacité chez soi. Aller jusqu'au bout. Ce que tu fais.

Mireille Disdero 15/04/2009 22:59

Hola Antoine... il faut tenir bon, tenir à soi et tenir tout court. Bon courage (sourire)

Antoine 16/04/2009 08:39


Coucou Mireille,
Tu viens là où l'on ne t'attend pas. Mais sois la bienvenue à chaque fois :o)
Merci pour ta présence et tes mots. Dans l'immédiat deux choses vont avec le verbe tenir : tenir assez pour aller jusqu'en salle de réadmiration & tenir tout court. Mais que c'est violent... Que tout se fasse à pas si
lent... Je m'accroche comme un forcené... Je me promets tout, ne me garantits rien tant la tentation est grande.


membrane 03/04/2009 00:18

Mon soutien et mon amitié. Tenez bon!

Antoine 03/04/2009 01:37



Bonsoir,
Merci pour votre soutien. Je reviendrais vous voir bientôt.
J'ai quelques anecdotes quand aux pillules et autres chewing gum à vous conter.
À très bientôt.
Amitié.
Antoine, qui tient pour le moment