La valseuse

Publié le par Antoine



Elle se tint à mon bras comme à l’anse de l’équilibre. Du seuil de sa porte où elle m’eut invité, elle m’éconduisit savamment jusqu’au portillon de neige.
Ce dernier fermé, nous séparant, elle s’assura que mes talons furent dos à ses désirs.
Elle tapota à mon épaule avec cette précaution qu’ont les mères retenant la nuque du nouveau-né.
Je me retournai, ses yeux se plantèrent dans les miens telles les griffes de l’ours polaire à la banquise.
Elle me tendit un panier de doux sourires congelés.
Et,

v
a
l
s
a

jusqu’à son palais de glaces.


La Tour d'Aigues, 11 mars 2009

Publié dans Mes textes

Commenter cet article

Ivy 13/03/2009 02:13

"Un panier de doux sourires congelés"...c'est simple, c'est beau, j'aime...J'espère que sa valse continuera encore et encore...