I

Publié le par Antoine



La nuit

sombre,

s'abreuvant

de nos sommeils

et mangeant

la lueur

des bec-bunzene,

se croit

plus

mystérieuse

que le jour.


La nuit

d'ombre

enveloppe

malgrès

elle

nos rêves

épars,

et part

bien après

nos

cauchemards.


D'elle

il ne

nous

reste

que sa

fraîcheur

glaciale.

 

 

 Montréal, décembre 2005





Commentaire

j'adore ta période canadienne antoine!! du début à la fin


Ecrit par : thoams | vendredi, 16 janvier 2009


Merci.
Il y en aura d'autres.
Ma période québécoise
Ne se résume pas
au 16 décembre 2005.


Ecrit par : Antoine | vendredi, 16 janvier 2009


je suis fan de poésie, et j'adore le thème de la nuit , merci pour ce frisson que tu me donnes !


Ecrit par : fidji | samedi, 17 janvier 2009

Commenter cet article