II

Publié le par Antoine




La nuit

noire

se leurre

d'un manteau

blanc

et de vent

givrant,

où chaque

flocon

compose

la musique

du silence,

et coud

mes paupières

d'un repos

qui se voudrait

éternel.




Montréal, décembre 2005

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article